LES OMNIBUS DE CORRESPONDANCE

5

LES OMNIBUS DE CORRESPONDANCE

Afin d'assurer les transfert des voyageurs entre les gares principales et les hôtels ou les villages non desservis directement par le rail, une multitude d'entrepreneurs de transport routier vont, dés la création du CdF, solliciter l'autorisation de pénétrer dans les emprises ferroviaires.

Dés l'arrivée du Chemin de fer à Rognonas, le transfert des voyageurs de/vers Avignon est assuré par une voiture omnibus. La Cie. prend accord avec la "Maison Crémieux".

OMNIBUS TPLM AVIGNON

Autocar TPLM en gare d'Avignon pour la desserte du Gard et des Bouches du Rhône.

Un service qui pose certains problémes. D'une part d'autres voituriers se plaignent de l'impossibilté de proposer leurs services, d'autre part la "Maison Crémieux" se plaint des tarifs insuffisants, enfin les voyageurs et les autorités se plaignent de l'absence de tarifs affichés...

Les soucis persistent en 1849, alors que la gare provisoire d'Avignon est en place. La Cie. refuse l'accès à ses emprises à cause de l'exiguïté des installations... Il faut attendre la gare définitive à Saint-Michel, pour que l'ensemble des omnibus puissent venir directement au devant des clients. La jonction nord/sud, en 1854, "alimente" tout un réseau de voitures irriguant le département et même les départements limitrophes (voitures publiques et privées... lignes régulières et "taxi" à la demande).

Mais l'abondance n'est pas synonyme de qualité. La concurrence est âpre. Malgré l'obligation de respect de la police des gares et de réponse à un cahier des charges précis, de multiples infractions sont relevées et font l'objet de PV de la part d'employés assermentés.
(Précisons que les hôteliers pouvaient soit utiliser leur propre véhicule, soit affréter un ou plusieurs voituriers pour aller quérir les futurs clients. Mais les cochers se devaient de placer leur véhicule sur un emplacement désigné par la Cie... plus ou moins éloigné de la porte du B.V.. Certains n'hésitaient donc pas à pénétrer directement dans la salle des pas perdus et à se "saisir" des bagages des voyageurs avant qu'ils ne sortent... Il va sans dire que ces pratiques étaient formellement interdites) Les litiges portent donc souvent sur le non respect des emplacement affectés, le racolage, les tarifs, l'affichage des destinations et/ou de la raison sociale du propriétaire de l'auberge ou de l'hôtel, la circulation dans les gares les jours non autorisés...

Mais il a été enregistré aussi des cas de "courses poursuites" dans les rues de Carpentras entre voituriers désireux d'arriver en premier à la gare! En général ces infractions se règlent sans difficultés, mais il arrive parfois que les voituriers en arrivent aux invectives, aux injures, voire aux mains... (M Favat... qui injurie copieusement le concierge de la gare d'Avignon, lequel lui faisait remarquer que le "racolage" était interdit). Dans ces cas tout se règle par devant le tribunal et provoque souvent le retrait temporaire/définitif de l'autorisation. On trouve des omnibus routiers dans la plupart des gares importantes... Avignon, Orange, Bollène, carpentras, Valréas, Apt, Pertuis, etc..

LA GARE DE VALREAS

Les omnibus de correspondance devant la gare de Valréas.

Le transfert des dépêches, courrier et colis de messageries est aussi assuré par voitures hippomobiles à partir des gares du CdF. Services hippomobiles qui perdurent jusqu'après la 1ere guerre puis sont peu à peu remplacés par des véhicules "automobiles". Il en est ainsi à Bolléne ou Orange qui voient passer les autocars T.P.L.M. à partir de 1927. Du côté du petit train du Buis, c'est une patache à chevaux qui assure la liaison entre la gare de Malaucène-Crestet et Malaucène (car en réalité malgré son nom la gare est située sur la commune du Crestet). Puis, à partir de 1924, c'est un autocar qui assure cette liaison jusqu'à la fermeture définitive de la ligne en 1952.

Et puis, petit à petit ces liaison automobiles prennent le pas sur les relations ferroviaires elles même, favorisées par la "coordination" des transports et la régression de l'étendue du réseau de chemin de fer juste avant la dernière guerre.

Les omnibus de correspondance devant les gares de Bollène, Apt, Avignon, Orange...

Les gares les plus importantes comme Avignon, Orange, Cavaillon, Pertuis se dotent de "gares" routières. Je me souviens des cars de la S.T.A.M., COMTADINS, S.A.T.A.P., MERY, ARNAUD et autres, alignés le long des remparts d'Avignon face à la gare, jusqu'à ce que se construise, dans les années 80, la grande gare routière.

La creation des relations TER par route voit, dans les années 90, la mise en place de lignes de car S.N.C.F..

Pour aller plus loin.. 1 clic!

Voyez... les autres pages.

Voyez... les autres sites et documents.

Hé, hé!!! n'oubliez pas de poster votre commentaire ici!! Ce serait sympa, merci.

Les documents et photos illustrant cet article sont issus de la collection de l'auteur (+ affiche autobus PLM Archives municipales de Bollène).

Retrouvez tous les liens proposés dans ce blog sur le fichier "liste des liens".




12/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres

www.webprovence.fr EspaceTrain.Com


Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion