MISTRAL ET TRANS-EUROP-EXPRESS..

173

MISTRAL ET TRANS-EUROP-EXPRESS...

 

 

Après avoir présenté dans l'article les "trains de luxe de passage en Vaucluse", véritables légendes roulantes dont les noms font encore rêver... Le "Calais Méditerranée Express", le "Train Bleu", le "Rapide Côte d'Azur", le "Côte d'Azur Pullman Express," le "Riviera Express"... Trains mythiques des années folles et comme nous l'avons évoqué, venons en maintenant au "ROI des TRAINS, au TRAIN des ROIS", j'ai nommé le MISTRAL.

LE MISTRAL A AVIGNON

Le MISTRAL, en gare d'Avignon au début des années 60.
On peut remarquer les tampons peints en blanc et la plaque sur la boîte à fumée. On aperçoit également le couplage de voitures Pullman.

LA MOUNTAIN 241 P 17

Reconstitution d'un train MISTRAL historique en 2007. Ici en gare de Lyon Perrache.

C'est le 15 mai 1950 qu'il est porté sur les fonds baptismaux. Ce fameux train emprunte son nom au légendaire et célèbre vent qui souffle en Provence. Il assure une liaison haut de gamme entre capitale et Côte d'Azur. Héritier direct des trains de luxe 33/34, mis en service après guerre, et des anciens trains aérodynamiques 11/12 du P.L.M., il va devoir désormais conduire, dans un standing certain, les voyageurs fortunés vers le soleil... Classés sous les n° 11 et 12, tractés par des machines électriques de type 2D2 et par des pacific ou des mountain, les MISTRAL effectuent le parcours entre Paris et Marseille en 6 Heures 30'. Les rares arrêts prévus (dont un en Avignon), ne durent que quelques minutes seulement... Puis les MISTRAL sont "accélérés" au fur et à mesure de l'évolution du matériel et/ou des infrastructures (électrification de la vallée du Rhône). Le parcours du train le plus "rapide du monde" est également allongé jusqu'à Nice fin 1952. Les trains circulent tous les jours.

En 1956, les premières voitures en acier inoxydable sont incorporées aux trains. Elles sont, évolution majeure, équipées d'un système de climatisation! Dés le 22 décembre des plaques, avec lettres en relief, créées par Paul Arzens, sont apposées sur la face avant des engins de traction.
(La 1ère rame climatisée a été mise en service en 1956, comportait des voitures inox 1ére classe, spécialement conçues, elles étaient facilement reconnaissables à leur logo doré "Mistral" apposé sur les flans, plus les voitures WL restaurant bleu et pullman bicolore, le tout alimenté par un fourgon générateur de couleur bleu nuit, fournissant à toute la rame, un courant 600 volt triphasé. Le groupe électrogène, était surveillé de Paris à Lyon par un diéséliste, Niçois sur le trajet Lyon-Nice. La rame quand à elle, était surveillée par un électricien de Valence sur Lyon-Nice. Pour le trajet Paris-Lyon ces taches étaient assurées pas des techniciens Parisiens. C'était la 1er rame a être autorisée à rouler à la vitesse record de160 Km /H, dans la plaine de la Crau... information communiquée par M Malfay)

Au service d'été 1956 le MISTRAL n'est plus accessible qu'aux voyageurs munis d'un billet de première classe. C'est cette même année que de nouvelles voitures en acier inoxydables, spécialement étudiées pour ce train prestigieux, sont mises en service. Parallèlement, des BB 9200 prennent le relais pour des parcours de plus en plus longs suivant l'avancement de l'électrification sur la ligne impériale. La vitesse commerciale est régulièrement augmentée grâce à l'utilisation de matériel de traction plus moderne et à la suppression des échanges de mode de traction... Les événements de Suez, entraînant une pénurie de produits pétroliers (et donc d'approvisionnement en fuel lourd pour les 141R qui prennent en charge les MISTRAL entre Marseille et Nice). Le parcours du MISTRAL est limité temporairement à Marseille. Les trains 17/18 "LE PHOCEEN" sont parallèlement mis en circulation.

La conduite du MISTRAL suscite beaucoup de fierté de la part du personnel de traction. Les équipes mettent un point d'honneur à "faire l'heure". Un bel acte d'organisation et conscience professionnelle est réalisé le 19 octobre 1956 en gare d'Avignon. Quelques heures avant son entrée en gare d'Avignon, le train 1 MISTRAL prend le départ en gare de Lyon Perrache. En tête la 241 P 20, équipe Biscarrat-Bruyère. Quelques centaines de mètres plus loin, une conduite de vapeur se rompt entre locomotive et tender. Elle est définitivement hors d'usage. Cette conduite sert à alimenter le moteur du stocker, qui de fait s'arrête tout net. Après examen de l'avarie l'équipe de conduite décide, pour ne pas retarder le train, de continuer sa route. Il faudra assurer la chauffe de façon manuelle. C'est une manœuvre particulièrement difficile et surtout très "physique" eu égard à la voracité de l'engin. Le train poursuit ainsi sa route jusqu'à Valence. L'équipe y fait prévenir le dépôt d'Avignon de sa situation. Puis le convoi repart. Alors qu'une course contre la montre s'engage dans la cité papale. Le visiteur Chambon prend l'affaire en main au dépôt. Il fait démonter une conduite sur une machine en cours de réparation et, équipé de l'outillage nécessaire, se rend en gare attendre le MISTRAL. Il est suivi toutefois d'une machine de réserve, "au cas où". Lorsque le rapide entre en gare, à l'heure, la conduite avariée est remplacée en deux minutes et demi! le MISTRAL peut poursuivre son voyage sans même avoir accusé le moindre retard et sans même que les voyageurs n'aient pu s'apercevoir de cette formidable organisation. Un autre exemple de "belle marche" est donné le 20 janvier 1962, par une succession d'équipes de tractionnaires... Des perturbations en ligne entre Toulon et Marseille, font entrer le train en gare de Saint Charles avec 14 minutes de retard. La Mountain (équipe Galavrini / Revel) va devoir donner le maximum de sa puissance pour tenter de réduire le retard. Pourtant des ralentissements dus aux chantiers de l'électrification vont le rallonger de 11 minutes supplémentaires! L'équipe "électrique" qui relève en Avignon (conducteur Touat aide Blanc) aux commandes d'une BB 9200 réussit à remonter le handicap et entre en gare de Lyon Perrache en ayant réduit l'écart à 4 minutes (Vie du Rail 834)! Mais on imagine déjà des trains encore plus rapides... Des essais sont effectués avec des vitesses limites supérieures de 10 Km/h à celles du MISTRAL. une rame spéciale effectue ces tests courant juin 1963, entre Lyon et Marseille. Ce sont MM Davin et Marcellin de la résidence d'Avignon qui enlèvent la rame aux commandes de la BB 9269. Ces essais mettent en lumière la qualité de la voie (rénovée en même temps qu'avait lieu l'électrification), et la bonne tenue du matériel roulant. Un peu plus de 20 ans plus tard, des trains circulent à 200 km/h sur une grande partie de ce même trajet, mais les techniciens et roulants qui ont effectué ces essais ne l'imaginaient certainement pas encore.

 

VOITURE PULLMAN

VOITURE RESTAURANT BLEUE

Une voiture Restaurant PULLMAN utilisée sur le train historique MISTRAL en 2007. Cette voiture comporte une cuisine et est attelée en "couplage" à une voiture restaurant "bleue" sans cuisine. Noter les célébrissimes lampes de chevet en bronze sur les tables et le non moins célèbre écusson de la Compagnie Internationale des Wagons Lits sur les flanc des voitures.

En 1963, de mauvais plaisants informent la S.N.C.F. qu'ils ont mis... Une bombe dans le Mistral! Le train est arrêté un après-midi durant en gare de Barbentane et tous les passagers transférés dans un autre train. La rame est minutieusement fouillée... Heureusement sans résultat, sauf une belle désorganisation.

En 1964, on met le chemin de fer à l'honneur... à la télévision. Une émission spéciale, réalisée par Alexandre Tarta, présentée par Pierre Sabbagh et Léon Zitrone, est diffusée en direct depuis le MISTRAL entre Paris gare de Lyon et Marseille Saint Charles. La voiture Pullman du convoi est transformée en studio. Trente techniciens, sept caméras sont embarqués, alors qu'un hélicoptère filme le train depuis les airs! Après un arrêt à Dijon, le conducteur Gallice d'Avignon, prend les commandes de la BB 9200 entre Lyon et Marseille. L'opération MISTRAL est une totale réussite.

Le MISTRAL accède alors au cercle très fermé des grands trains européens du réseau "TRANS EUROP EXPRESS". Il en porte donc le logo dès l'année 1965. De nouvelles voitures sont incorporées an train. Sa vitesse maxi est portée à 160 km/h! En 1969, le "nouveau" MISTRAL chasse le modèle 1956. Une nouvelle composition de matériel ultra moderne et particulièrement confortable donne, s'il en était besoin, un prestige encore plus grand à ce train de légende emprunté par des hommes d'affaires pressés et des voyageurs fortunés. Pourtant, ces mêmes voyageurs se tournent de plus en plus vers le transport aérien... Pour leur faire apprécier le MISTRAL, la S.N.C.F. met à leur disposition tout au long de leur voyage, un bar, un comptoir de vente de produits divers et même un salon de coiffure et un secrétariat particulier! Une maquette grandeur nature d'une partie de la voiture bar est même placée en gare du Nord pendant 2 semaines pour y faire la promotion du "nouveau" MISTRAL. Les trains MISTRAL prennent les n° 11 et 12 au service d'été 1971. Le Mistral inspire de nombreux livres, publicités, il est le symbole de la modernité... Le fourgon de ce train ultra rapide est aussi utilisé pour transporter... Des fraises! Les grandes tables de la capitale reçoivent en quelques heures des fruits cueillis à point dans l'après midi du côté de Carpentras... On a vu parfois des expéditeurs en "enfourner" plusieurs tonnes dans le court laps de temps de l'arrêt en gare d'Avignon!

Le cartouche d'affichage des destinations, qui remplace avantageusement le système des plaques métalliques accrochées sur les flancs des voitures.

La boutique et le salon de coiffure du "nouveau" Mistral... très "style" seventies... (Doc S.N.C.F.)

En 1972, une manifestation originale est proposée aux voyageurs du MISTRAL. Durant un mois des œuvres de peintres célèbres, issues de collections privées, sont exposées dans le wagon-boutique. Les amateurs d'art y sont reçus par des hôtesses pour y admirer et même acquérir les œuvres. Trente deux aquarelles du peintre Odilon Roche ouvrent l'exposition, au mois de mai (photo ci dessous, M J Duhamel, ministre des affaires culturelles lors du vernissage de l'exposition).

Le rêve des petits garçons des années 60 (dont je suis..)... une boîte de train HO le "MISTRAL"... (Hornby le "suggère" seulement sur le couvercle de la boîte... exclusivité de doits de marques?)

Mais après les heures de gloire, le MISTRAL voit son éclat se ternir avec l'arrivée des premières rames de T.G.V.. Peu à peu, ce qui fut le dernier des trains de prestige français n'est plus qu'un "rapide" parmi d'autres... Après avoir subi quelques transformations, après avoir vu sa vitesse sans cesse améliorée, après avoir reçu dans sa composition les premières voitures Corail qui, aussi modernes soient-elles, lui ont fait perdre son cachet, il est finalement retiré des roulements (26/09/1981). Au service d'été du 23 mai 1982, l'arrivée des T.G.V. tourne une page importante de de l'histoire du rail français. Quelles que soient les prouesses techniques et le confort des T.G.V., jamais ils ne pourront égaler et encore moins remplacer dans les mémoires, la place tenue par ces trains de haut standing au charme désuet. Ainsi donc le MISTRAL est il retiré des roulements mais aussi le TALGO qui quitte le groupement des T.E.E et reçoit des voitures de seconde classe (il cesse de circuler en Avignon le 25/09/1994, limité entre Barcelone et Montpellier). Quant au LIGURE, il est remplacé par un "Inter-City" (hé oui il faut se mettre à la mode anglophone!) Marseille-Milan. En 1995, le dernier des T.E.E cesse de circuler, mettant ainsi un terme à une aventure commencée en 1957.

Les magnifiques voitures du Mistral sont alors garées, vendues ou démolies. Certaines d'entre elles sont réutilisées pour la composition du train exposition de la S.N.C.F., où elles sont attelées à d'anciennes voitures Grand Confort, un WR rouge et d'autres voitures.
Notons qu'en 2007 un train historique spécial "MISTRAL" (constitué de voitures historiques... mais pas de voitures inox) est mis en place entre Lyon et Marseille (par la rive droite puis gauche du Rhône), tracté par le 241 P 17, remise en service après de longues années de restauration au Creusot.

1980... Le Mistral (Dessin de Lamarche)

1980... Le Mistral circule, avec d'autres relations TEE, pour peu de temps encore... (indicateur S.N.C.F.)

Anciennes voitures MISTRAL incorporées au Train exposition de la S.N.C.F.

LE TEE LIGURE EN GARE D'AVIGNON

Le TEE LIGURE en gare d'Avignon dans les années 60.

Notons, enfin, que d'autres trains modernes, intégrés ou non au pool TRANS EUROP EXPRESS, ont circulé dans la vallée du Rhône, bien que leur aura ait été souvent occultée par celle du MISTRAL.

Publicités dans le Chaix 1975

  • Le RHODANIEN (train16/17 entre Paris et Marseille 1971 / 1978 puis 1982 / 1986).
  • Le TRAIN BLEU (train 182/183 entre Paris et Vintimille WL)
  • PHOCEEN (train 17/18 entre Paris et Marseille)
  • Le PARIS COTE D'AZUR (train 19/20 entre Paris et Vintimille)
  • Le FLANDRES RIVIERA (entre Amsterdam et Vintimille WL)
  • Le LIGURE (vers Milan)
  • Le CATALAN TALGO (Genève, (Lyon), Valence, Avignon et Barcelone 1969 / 1994)

On notera que le Riviera-Flandres a déraillé en juin 2000 peu après la gare de Chasse/Rhône, peu avant Lyon suite à un acte de malveillance. Accident spectaculaire qui n'a fait, heureusement que 2 victimes. ce train de nuit n'existera plus à partir du 02/06/09... Il était déjà devenu non-périodique et ne circulait plus qu'environ 75 jours par an.

Personnellement, je me souviens de ce train que j'ai pu admirer à quelques occasions en gare d'Avignon étant enfant. C'était incroyable de voir arriver ce train magnifique, dont l'aspect "métallique" tranchait résolument avec le "vert" wagon omniprésent des autres voitures. Il entrait en gare, quai 1, à toute vitesse, freinait au dernier moment et pourtant en même temps en douceur et sans bruit. Les voyageurs avaient à peine le temps de descendre et de monter que déjà, le chef de service agitait sa palette et que le long convoi repartait avec une accélération incroyable. Pas trop le temps de regarder en détail pour l'enfant que j'étais... Un jour nous avons conduit mon papa à la gare. Il partait pour affaires à Paris... Inutile de préciser que nous avons éprouvé une grande fierté de le voir entrer dans l'une de ces voitures! Certes, le T.G.V. est un train extraordinaire et ses performances laissent notre vieux Mistral bien en arrière, mais une chose est sûre.. Il ne fera jamais autant rêver! J'amais bien aussi voir passer le TALGO. Enfant je trouvais ce train assez étonnant avec son gabarit trapu, sa forme particulière et sa couleur rouge grenat. C'est plus tard que j'appris qu'il avait l'étonnante faculté de pouvoir circuler sur les voies françaises et espagnoles à écartement large...

Une petite anecdote Avignonnaise relatée par M Malfay : Dans les années soixante, sur la remontée de Nice, le Mistral N°2, se fait arrêté un peu au dessous d'Avignon par un sémaphore. Quelqu'un avait vu des étincelles en queue de train. Avec toute l'équipe de service Mécano, contrôleurs et techniciens nous parcourons la rame pour rechercher l'anomalie signalée. Nous trouvons sous la voiture Pullman, le caisson de climatisation, dont deux boulons de fixations s'étaient sectionnés et qui frottait dangereusement sur le rail. La trousse réglementaire de dépannage en ligne n'avait pas été pourvue pour ce cas de figure. Heureusement à proximité du train trainait en bordure de voie une corde usagée. A cinq ou six nous avons refixé le caisson pour qu'il ne traine plus sur le rail. Le train et reparti en marche lente jusqu'à Avignon où nous avons différé la voiture pullman. Sur le quai, tous les cheminots Avignonnais attendaient leur "Danseuse", signalée en détresse. Quelques semaines plus tard je fus convoqué dans les bureaux de mes grands chefs, je m'attendais à une demande d'explication, pour le retard pris par le train à cause de cet incident. Quelle ne fut pas ma surprise de me voir remettre une prime exceptionnelle pour mon intervention, que je trouvais pour ma part tout à fait normale. C'était à peu près la seule fois ou je me sentais utile dans ce train. En ce temps là la grande maison avait des attentions pour ces "danseuses" de luxe.

Photos P Malfay. Nice 1963. Superbe vue sur le fourgon générateur et la voiture Pullman.

Vous voulez en voir et savoir plus? 1 clic...

Voyez les autres pages..

Voyez les autres sites et documents..

Retrouvez tous les liens proposés dans ce blog sur le fichier "liste des liens".

N'oubliez pas de laisser un petit commentaire... merci.

Les documents illustrant cet article sont issus de la collection de l'auteur. Seules les affiches proviennent d'internet. Les photos sont de l'auteur, de R Long (collection de l'auteur), de P Malfay, coll Rissoan, AGIP et Imbs.



19/10/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

www.webprovence.fr EspaceTrain.Com


Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion